Les frais de port sont gratuits pour tout envoi en France métropolitaine.

Biographie

Je vis et travaille dans le Parc naturel régional de La Brenne. Issu d’une famille d’artistes, j’ai d’abord fait un autre métier en région parisienne avant de devenir peintre en Creuse à Fresselines. Ce village d’artiste, où Claude Monet a passé plusieurs mois à peindre les reflets de la Creuse, a été l’occasion de peindre les premiers paysages.

Inspiré par mes origines italiennes, j’ai peint une série de reflets, travail sur la lumière chaleureuse et sur l’eau de la Sérénissime.

Fin 2014, à l’occasion d’une exposition, j’ai réalisé une copie à l’huile du « Radeau de la Méduse » à l’huile au format 100 x 150 cm. Le « Radeau de Lampedusa » est une version contemporaine de l’indémodable scène peinte par Théodore Géricault.

Entre 2015 et 2018, où j’ai fait une exposition individuelle, « Douce France », j’ai parcouru ma région pour saisir en photo des instants de vie. Les 12 peintures de cette série, textes et photos qui ont été présentés pendant près d’un mois au Moulin de la Filature du Blanc (Indre), rassemblaient ces trois années de travail.

Un premier livre, « Cavalcade » est paru en juin 2018. Ce roman historique est le fruit de plusieurs années de recherches sur Géricault. D’autres ouvrages sont en préparation.

En juin 2019, j’ai présenté un « Port de La Rochelle », peinture à l’huile de 65 x 100 cm, au XXXIIIe Salon d’Arts Plastiques et la Marine de La Rochelle, qui a reçu le prix d’Arts Maritimes.

J’ai commencé à peindre une série de reflets de marine, synthèse des reflets de Venise et la série « Douce France ». Une première exposition à la galerie Thuillier (Paris 3e) a permis de montrer les deux premiers tableaux.

Je peins régulièrement des reproductions d’œuvres du XIXe, la dernière étant « La fuite du Roi Gradlon » d’après Évariste Vital Luminais à l’huile et au format 73 x 92 cm.

Ma peinture est librement inspirée de l’œuvre de peintres tel que Gustave Caillebotte, d’Édouard Hopper pour les rendus, des impressionnistes pour les lumières et les couleurs, et enfin, de Théodore Géricault et Évariste Vital Luminais pour la puissance des représentations et les chevaux.

Chaque tableau est une recherche de techniques picturales oubliées après la révolution de la peinture au XXe. Le Dessin et la lumière sont omniprésents sur chaque toile. C’est une peinture lente à réaliser, je prends mon temps pour peindre dans mon atelier.

Au final, chaque œuvre est la résultante d’une prospection photographique. Chaque scène doit avoir été vécue. La peinture doit refléter l’instant qui a servi de modèle. La présence de figures est régulière, mais pas indispensable dans mon travail.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir