Les frais de port sont gratuits pour tout envoi en France métropolitaine.

Pouligny-Saint-Pierre.
Ce peintre, photographe et plasticien, s’est installé il y a un an dans le hameau de “ Pied-Marteau ”.

Alexis Chartraire devant son tableau, « Tour de France »

Un havre de paix dans un écrin de verdure, idéal selon l'artiste pour trouver l'inspiration : « Pied-Marteau ». Issu d'une famille d'artistes, Alexis Chartraire est naturellement devenu peintre, tout en exerçant sa profession d'informaticien. Ayant quitté la région parisienne, il s'est installé quelque temps dans la Creuse puis en Brenne, d'où est originaire sa compagne, Geneviève. L'artiste a commencé à peindre des paysages se reflétant dans l'eau de La Creuse.

" Les aspects positifs de la vie rurale "

Se tournant vers ses origines italiennes, Alexis Chartraire a également réalisé une série intitulée Reflets, un travail minutieux sur la lumière chaleureuse et l'image ondulante des palais vénitiens sur la surface des canaux de la Sérénissime, ayant fait l'objet d'une exposition à la Maison des arts de Cuzion. Il copie, en 2014, Le radeau de la Méduse, de Théodore Géricault, au format réduit (100 x 150). Ce long travail a débouché sur un récit biographique sur Géricault de 300 pages, non centrées sur la peinture, qui s'intitule Cavalcade. Alexis Chartraire aimerait publier son ouvrage et recherche un éditeur.

L'artiste vient de boucler une exposition vivante et itinérante, d'un ensemble homogène comprenant des tableaux figuratifs, des textes, des images ainsi qu'un documentaire accompagné d'un catalogue. « Douce France décrit les aspects positifs de la vie rurale, ce qui m'inspire le plus. J'ai collecté des photos, des vidéos et des sons, au fil de mes rencontres. Cette collecte a débouché sur la création de tableaux. Cette exposition favorise les échanges entre les personnes ; c'est pour moi, très plaisant et enrichissant », explique l'artiste. Alexis Chartraire va prochainement exposer ses œuvres à l'Ehpad Saint-Lazare et son souhait serait d'investir la galerie du moulin de la Filature.

Cor. NR, Brigitte Bisson

Nouvelle République Indre 27 Novembre 2016.

Lien vers l'article sur le site de la Nouvelle République

La vie de château pour les artistes locaux

Françoise Lauchet et le peintre Alexis Chartraire, devant le château.

Les peintres – Alexis, Janine Delot et Nelly Desgourdes – et les artisans – Christian Watine (émail et métal), Dominique Gilbert (tourneur sur bois), Carolyn Merle-Remond (potière) et Françoise Lauchet (artisan de l'utile et brodeuse) – se sont donné rendez-vous, au château de Sarzay, durant une semaine, pour exposer leurs œuvres dans la salle des chevaliers.

Nouvelle République Indre 1er Juillet 2016 - Château de Sarzay (Indre)

Lien vers l'article de la Nouvelle République

Quand bleuets et coquelicots fleurissent l’été

Au cours de l’été, les expositions fleurissent un peu partout en Pays Sostranien mais aussi dans tout le département. A La Souterraine, elles fleurissent avec les bleuets et les coquelicots d’un centenaire.

Les expositions de peintures et de sculptures de l’office de tourisme du Pays Sostranien ont leurs saisons : le printemps et l’été. Elles furent initiées voilà plus de 20 ans par Marie-Thérèse Binette, présidente de l’association et elles se sont prolongées ensuite, après son décès, sous la présidence de Michel Burille. Si la première, celle du printemps, la plus ancienne est itinérante visitant à tour de rôle chacune des communes du canton, la seconde estivale se déroule à La Souterraine, d’abord à la salle 2 de l’ancienne mairie, puis à l’espace Valdi, après l’ouverture du cirque évoluant ici en exposition à thème.

Les artistes fidèles ou non à ces rendez-vous pouvaient venir exposer à condition de se plier aimablement à l’exercice du thème, un défi à leur savoir-faire somme toute sympathique. Tous n’ont pas relevé le gant à chaque fois d’autant que les thèmes étaient quelquefois délicats et soumis à des interprétations très personnelles : «Contes et légendes» le première année, puis le «Patrimoine», «l’érotisme», «la fin du monde» puis «la mode» l’an dernier... pour cette 6e édition, les artistes ont été invités dès le printemps à plancher sur un thème d’actualité : le centenaire de la guerre de 14-18.

Mais pour Jeanne Kamassi, responsable de l’exposition, le fil rouge n’est pas le versant guerrier de ce centenaire mais au contraire son versant pacifique illustré par le titre de l’exposition : «Bleuets et coquelicots, Alouette et colombe» comme celui du Souvenir, dont témoignent les fleurs emblématiques des cérémonies du 11 novembre, en France (la vente du bleuet) : «Les Bleuets désignaient les soldats de la Classe 15 – nés en 1895 – affectés au Chemin des Dames, dont la fraîcheur de leur uniforme bleu horizon tranchait avec celui des Poilus ou des vétérans, recouvert de boue...» et dans le monde, notamment dans les pays anglo-saxons (le célèbre poppy ou coquelicot), les deux seules fleurs qui poussaient sur les champs de bataille.
La communauté anglaise sostranienne qui participe aux commémorations n’oublie jamais de déposer une couronne de «poppies» au pied du monument à côté de la gerbe de la commune et des anciens combattants.

Ce souvenir, Jeanne Kamassi l’a dédié aussi aux artistes peintres aujourd’hui disparus qui furent fidèles aux rendez-vous et aux premières heures de leurs créations : chacun pourra découvrir ainsi des collections de peintures de Serge Barraud, Charles Michel, Gabriel Muzio (collection privée) et Henri Vidal. Quant au thème, une vingtaine d’artistes l’a interprété avec une sensibilité très diverse, maîtrisant avec brio le matériau utilisé (acrylique, huile, aquarelle...) comme leur style, figuratif ou contemporain, onirique ou symbolique.

Les artistes présents :
Peintres : Abarca, Abdo, Boulva, Bigey, Charpentier, Chatain, Chartraire, Kling, Mallard, Maïya, Müller, Moya, Offret, Pascaud, Tanty-Ferreres, Terrasson Roland, Terrasson Yvette, Thientpont.
Photo : Liva. Sculpture : Vincent Têtu. L’aquarelliste, Gérard Charpentier a réalisé l’affiche.

Expo ouverte tous les jours de 14h30 à 18h30, jusqu’au 15 août, salle J-B Robert, Lycée R. Loewy (face au jardin public).

L’ECHO-LA MARSEILLAISE - Juillet 2014

Alexis Chartraire expose à Gargilesses

Alexis Chartraire, ici dans son atelier à Fresselines, expose à Gargilesse à partir du 15 septembre. © Bennett Carole

Alexis Chartraire présente une exposition de ses peintures à l'Espace du Colombier, place Manceau à Gargilesse du 15 au 25 septembre. Il expose également dans son atelier à Fresselines au cours de l'année. 

Alexis Chartraire a étudié le dessin, la photographie et la peinture. Il est installé à Fresselines sur les bords de la Petite Creuse où il a découvert les sites de l'école de Crozant, peints par ceux « qui se sont attachés à rendre la beauté de ces paysages sauvages sous un ciel changeant » dit-il.

Le peintre fait parti du Cercle des Beaux-arts d'Argenton-sur-Creuse (36). 

Expositions : Dans le cadre du thème « Ombre et Lumière » une des toiles d'Alexis Chartraire est exposée à l'Espace Monet Rollinat à Fresselines, exposition ouverte jusqu'au 30 septembre.exposition à Gargilesse est ouverte du lundi au samedi de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h 30. Le dimanche l'ouverture est de 14 h 30 à 18 h 30. Renseignements : 06.78.09.97.30 ou à l'Office de tourisme de Gargilesse au 02.54.47.85.06.

La Montagne 14 Septembre 2014
Lien vers l'article de La Montagne

Page 2 sur 2